AkzoNobel

Le Rijksmuseum, à Amsterdam

Un projet tel que le Rijksmuseum pousse le peintre et la peinture dans leurs derniers retranchements.

Il s'agissait de développer 60 nouvelles couleurs au départ des couleurs authentiques de 1885. Il fallait aussi trouver une solution pour repeindre les décorations d'origine tout en les préservant pour l'avenir. Voilà les deux défis très différents auxquels Sikkens a été confronté lors de la restauration et de la rénovation du Rijksmuseum à Amsterdam.

La luxuriance originelle

De 1,5 à 2 millions de personnes visitent le Rijksmuseum d'Amsterdam chaque année pour admirer la mondialement célèbre Ronde de Nuit et bien d'autres chefs-d'œuvre. Après plus d'un siècle d'utilisation intensive, le vieux bâtiment érigé en 1885 avait besoin d'une rénovation en profondeur. Le Rijksmuseum a rouvert ses portes au public le 13 avril 2013, au terme de 10 ans de restauration et de rénovation. On est surtout frappé, lors de la visite du ‘nouveau' Rijksmuseum, par la multitude et la beauté des décorations dans la Galerie d'Honneur et le Hall. Ces décorations sont surabondantes et luxuriantes, comme les a voulues l'architecte Pierre Cuypers. Elles ont été camouflées pendant de longues années sous des couches de peinture, à une époque où de tels ornements catholiques n'étaient guère appréciés à Amsterdam la protestante.

D'anciennes couleurs ressuscitées

La récupération des décorations d'origine a été entamée dès 2006. Il a fallu éliminer d'abord les anciennes couches de peinture et de stuc. En dessous, la peinture originelle était abîmée et avait disparu en de nombreux endroits. La récupération a nécessité l'intervention du SRAL (Stichting Restauratie Atelier Limburg), qui a analysé des échantillons de la peinture originale. Une collaboration étroite avec les coloristes de Sikkens a permis de reproduire plus de 60 couleurs authentiques du temps de Cuypers. Il a fallu en outre développer huit nouvelles teintes pour que les peintures des murs et des plafonds retrouvent toute leur splendeur d'antan.

Préserver pour l'avenir

Fred van den Heuvel, Regional Sales Manager de Sikkens, explique que la décision des architectes de ne pas rendre à nouveau visible l'ensemble des décorations a constitué un fameux défi. Une partie de ces ornements ont donc été recouverts de peinture une fois de plus, mais avec la possibilité de récupérer les décorations dans le futur en les exposant à nouveau. « La gamme Sikkens ne proposait pas de solution standard pour ce cas de figure », dit Fred. Sikkens a donc développé en collaboration avec VanderVeenConsult, un système de peinture murale réversible, spécialement pour le Rijksmuseum. Le système pouvait être recouvert d'une couche de peinture mais aussi s'éliminer facilement pour découvrir les décorations sous-jacentes. De la sorte, les décorations qui ne sont pas visibles actuellement sont malgré tout bien protégées pour l'avenir.

La perfection mate

Sikkens a continué à s'impliquer dans le Rijksmuseum au terme de la collaboration requise pour les travaux de restauration. Avant celle-ci, qui a débuté en 2009, Sikkens avait soumis un avis technique pour la mise en peinture. Alphatex SF a été retenue pour la finition des voûtes et des plafonds. Quant aux murs, ils ont été parachevés avec une peinture murale totalement mate (du type Alphacryl Morpha) qui met les œuvres d'art particulièrement en valeur.